L'histoire de la Suzanne

Après la disparition du réseau

La disparition du réseau à voie métrique meusien vit la dispersion des matériels ou leur destruction. Parmi ceux-ci, une petite locomotive 031T-C.M. n° 26, baptisée « La Suzanne », fut sauvée du chalumeau et acquise par une entreprise de travaux publics : Grands Travaux de France.


Photo de la Suzanne à la livraison en 1891

Cette locomotive de 14 tonnes à vide avait été livrée au dépôt de Revigny-sur-Ornain en décembre 1890 et mise en service en janvier 1891 sur la ligne reliant Haironville à Triaucourt.

Jusqu’à 1914, elle servit à tracter des convois mixtes « voyageurs-marchandises » dans la vallée de la Saulx et le sud de l’Argonne. A partir du 1er décembre 1914, elle fut réquisitionnée avec l’ensemble des matériels du réseau meusien pour participer au ravitaillement du front.

En 1919, elle fut réaffectée à la ligne Haironville-Triaucourt jusqu’en 1933, année de l’inauguration de la nouvelle ligne à voie normale Robert-Espagne-Haironville greffée sur la voie qui menait de Saint Dizier à Revigny-sur-Ornain, puis Vouziers.

La liquidation du chemin de fer meusien intervint en 1936 et La Suzanne évita la destruction promise aux autres matériels du réseau.

Séparation

En baie de Somme et son retour à Bar-le-Duc

On la vit réapparaître en 1941/1942 en Baie de Somme pour aider à construire le Mur de l’Atlantique aux environs de Saint-Valéry-sur-Somme, entre Cayeux-sur-Mer et Ault, sur une ligne construite spécialement et rattachée au réseau des Bains de Mer.

L'épave de la Suzanne en 1981 à St-Valérie sur SommeLa Deuxième Guerre Mondiale terminée, le Service des Domaines la vendit à un ferrailleur de Saint-Valéry-sur-Somme qui, curieusement, ne la détruisit pas. C’est là que l’O.T.S.I. de Bar-le-Duc la récupéra et décida de la rapatrier à Bar-le-Duc. Ce fut chose faite le 25 avril 1981…

La vénérable locomotive connut encore l’abandon et la rouille jusqu’en 1992, année de la création d’un chantier d’insertion dans le but de la restaurer et, d’autre part, de son classement comme « Monument Historique » en compagnie d’un wagon-tombereau meusien daté de 1892.

Séparation

La restauration

Le chantier d’insertion et l’association « La Suzanne », créée en 1997, se penchèrent sur son sort et parvinrent, 16 années plus tard et 50 000 heures de travail acharné, à la restaurer dans sa livrée de 1890.

C’est ainsi que le 5 novembre 2008, on la vit sortir seule du hangar pour son inauguration en présence des autorités du département de la Meuse et de la ville de Bar-le-Duc mais aussi d’un public nombreux enthousiasmé par les résultats spectaculaires obtenus.

Entre avril et juin 2009, à l’occasion de la Fête Européenne de la Vapeur à Saint Valéry-sur-Somme, elle effectua avec succès ses essais « vapeur » sur le réseau du Chemin de Fer de la Baie de Somme (C.F.B.S.).

Depuis, elle piaffe d’impatience dans son hangar de restauration espérant retrouver les 4 km 200 de voie métrique promis en Forêt de Massonge, ancien lieu de ses exploits de jeune locomotive.

La Suzanne en Baie de Somme après sa restauration

Vous souhaitez voir La Suzanne de vos propres yeux ? Le C.F.H.V.S propose des visites guidées.

- Ecrit par Jean Boucheré -

Séparation